Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

La parenthèse des pôles

Environnement, climat et isolement extrêmes, faune endémique...Le voyage polaire est hors norme. Au-delà de la beauté magnétique des paysages, c'est une aventure intérieure qui remue et fait réfléchir.

S’enivrer d’espace et de liberté

Les environnements qui contiennent une telle promesse sont devenus rares.
Arctique et Antarctique sont avant tout synonymes d’espace. De vastes étendues de banquise immaculée, des territoires vierges baignés de la lumière tantôt diffuse tantôt éclatante de la proximité des pôles. Même à bord d’un confortable navire spécialement équipé, le voyage polaire s’accompagne toujours d’un soupçon d’aventure – il n’est pas si courant de croiser des narvals et des orques ! – et fait souffler un air de liberté. Chaque pôle a ses caractéristiques.
Au nord, un océan couvert de banquise, territoire des ours blancs (« arctique » vient du grec arktos, « ours »), peuplé depuis des millénaires par les Inuits, qui y ont développé une culture et un mode de vie propres. Au sud, une gigantesque île montagneuse recouverte d’une calotte de glace, dont les principaux habitants sont des manchots et des scientifiques en mission. Deux espaces, deux histoires, deux aventures.

Apprécier le silence

Quelques heures de vol ou de navigation, et le silence s’est fait. Total. Mystérieux. Implacable. Les appels téléphoniques ne passent pas, pas plus que les e-mails. On commence par être un peu déstabilisé, puis, bien vite, on mesure sa chance : dans notre monde hyperconnecté, l’isolement et le calme sont précieux. Ici, pas d’autre choix que de s’extraire d’un quotidien qui tend à nous aspirer dans un tourbillon permanent de sollicitations. Libéré, serein, on peut alors profiter du spectacle : la beauté des glaces dérivantes dans la baie de Disko, le reflet du soleil de minuit sur le continent blanc, le vol d’une sterne arctique au-dessus de Tasiilaq, la magie évanescente d’une aurore boréale… Le voyage polaire est aussi un voyage intérieur.

Revenir aux fondamentaux

C’est l’un des paradoxes d’une excursion vers les pôles. Il nécessite une logistique et des moyens importants pour atteindre des lieux où le dénuement est la règle. L’expérience ramène le voyageur à l’essentiel. Dans la vacuité des grands déserts blancs, chacune de nos actions fait sens : manger, dormir, boire, se protéger des éléments, réfléchir, partager des points de vue, écouter, profiter de moments de calme. Pour beaucoup, les pôles ont un effet curatif, parfois à la limite de la révélation mystique ou philosophique. Dans ce grand rien, on se retrouve, on teste ses limites, on appréhende physiquement la notion de survie, on ajuste ses repères. On replonge dans le corpus humain.

 

Faire partie du grand tout

S’il est une question sur laquelle il est impossible de faire l’impasse dès lors que l’on met le cap vers le Grand Nord ou le Grand Sud, c’est bien celle-ci : tandis qu’il s’émerveille de la beauté des icebergs irisés sous la lumière rasante, le voyageur polaire ne peut que se demander s’il a la chance de contempler un spectacle appelé à disparaître. Le voyage aux pôles est un rendez-vous avec la planète. Loin au Sud, les centaines de scientifiques internationaux qui scrutent les glaces de l’Antarctique accumulent les données sur les effets du réchauffement climatique. Pour le nouveau venu, c’est souvent au Nord, au contact des populations inuites, qui doivent adapter leur mode de vie à cette donne, que le déclic se produit. Face à un changement climatique qui se manifeste de manière très concrète, nombreux sont ceux qui reviennent convaincus de la nécessité d’agir pour que d’autres, après eux, puissent aussi contempler un jour la beauté de ces régions.

 

Côtoyer d'illustres prédécesseurs

Ils s’appelaient Fridtjof Nansen, Ernest Shackleton et, bien sûr, Roald Amundsen. Le premier fut l’un des découvreurs de l’Arctique avec son Fram ; le deuxième est resté dans les esprits avec le périple de L’Endurance en Antarctique ; le troisième a atteint en pionnier le pôle Nord puis, au cours d’une autre excursion qui a devancé de peu celle de Robert Falcon Scott, le pôle Sud. Aujourd’hui, il s’appelle Mike Horn (voir article) et collectionne aussi les exploits, en solitaire ou accompagné, dans ces terres de l’extrême. Chacune de ces expéditions s’inscrit dans la suite de la précédente, avec tout ce que celle-ci a impliqué de courage et d’enseignements.
Cette accumulation d’expériences s’impose forcément à l’esprit lors d’un voyage aux pôles. Difficile de ne pas avoir le sentiment de marcher sur les traces de ces explorateurs et de ne pas revenir avec l’impression d’être entré dans le club qu’ils ont fondé.

DE TARA À GREENLANDIA : L’homme au cœur du climat

« En revenant d’une expédition autour du pôle Nord, à bord de Tara, j’ai eu envie de témoigner autrement, en mettant l’accent sur l’aspect humain », raconte le photographe et grand voyageur polaire Vincent Hilaire. Ainsi est né le projet Greenlandia (greenlandia.org), dont la première mission, en 2020, mettra le cap sur le fjord Scoresby Sund, en territoire inuit, par 70° de latitude Nord. 
L’objectif de cette mission scientifique, documentaire et pédagogique parrainée par Jean-Louis Étienne ? Prendre le temps d’écouter, observer et documenter les effets quotidiens du changement climatique sur les populations du Grand Nord. L’idée est d’en témoigner pour répondre à une lacune, que constate Vincent Hilaire : « Nous ne connaissons que très peu, ou de manière très parcellaire, les conséquences humaines du changement climatique. »

Blanc et pacifique : L'Antarctique

Le « continent blanc » est aussi un territoire pacifique. Initié en 1959 et aujourd’hui signé par 53 pays, le traité sur l’Antarctique précise en effet que les territoires situés au sud du 60e parallèle Sud sont réservés aux activités scientifiques et non militaires. L’Antarctique, où la température terrestre la plus basse a été enregistrée en juillet 1983 (- 89,2 °C), abrite une soixantaine de bases scientifiques.