Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Notre Point de Vue - juillet 2021

Découvrez les perspectives mensuelles de notre équipe Stratégie d'Investissement.

Le Comité global d’investissement (Global Investment Committee – GIC) s’est tenu cette semaine pour réexaminer les perspectives et la stratégie d’investissement à la lumière de l’épidémie actuelle du coronavirus. En voici les conclusions.

Situation macro-économique
Le succès des campagnes de vaccination dans de nombreux pays a permis le déblocage des économies et un retour progressif à la normale. Cependant, ce redémarrage a entraîné une hausse de l’inflation qui pèse sur le sentiment, cette dernière étant susceptible d’entraîner un revirement restrictif dans la politique monétaire des banques centrales. L’approbation du plan « NextGenerationEU » crée un contexte positif pour l’économie dela zone euro et devrait renforcer les perspectives pour les deux années à venir. La Chine a été la première à se remettre de la pandémie du Covid-19. Tout en continuant de croître à un bon rythme, nous observons un ralentissement de certains indicateurs avancés, ce qui pourrait indiquer que la dynamique de croissance du pays a culminé. La croissance du PIB mondial continue de s’accélérer malgré les craintes relatives à l’apparition de nouveaux variants du Covid.

Banques centrales
Les récentes réunions de banques centrales ont confirmé que la politique monétaire restera accommodante à court terme. Les autorités sont convaincues que le dépassement de leurs objectifs d’inflation de 2% s’avérera transitoire. L’inflation s’explique en effet en grande partie par la faiblesse des effets de base, les pénuries et les goulets d’étranglement liés à la réouverture de l’économie. L’inflation salariale est encore modérée et l’emploi est loin de regagner les niveaux antérieurs à la crise. Tout en maintenant le cadre du ciblage flexible de l’inflation moyenne (Flexible Average Inflation Targeting) qui permet à l’inflation de dépasser les objectifs à court terme, le FOMC (Comité de politique monétaire de la Fed) a créé la surprise en adoptant une position restrictive, les prévisions médianes laissant désormais entrevoir deux hausses des taux en 2023. Les taux courts ont ainsi grimpé, tandis que les taux longs ont quelque peu baissé, impliquant un « aplatissement dans un marché haussier » de la courbe de rendement américaine. Pendant ce temps, la Banque Centrale Européenne (BCE) a conservé son ton accommodant. Christine Largarde, la présidente de la BCE, estime qu’il est « prématuré et inutile » de débattre des questions relatives à la fin du programme d’achat d’urgence pandémique (Pandemic Emergency Purchase Programme, PEPP), d’autant plus que les chiffres du chômage restent élevés et les pressions salariales modérées. A la marge, le rythme des achats d’obligations s’accélérera avant les congés d’été. Globalement, selon nous, la politique monétaire restera très favorable pendant quelque temps, compte tenu du stock significatif d’émissions d’obligations d’Etat pour financer des plans de relance.

Marchés financiers
Même si la montée de l’inflation s’avère transitoire, les rendements obligataires extrêmement faibles ne semblent pas durables et nous estimons qu’ils repartiront à la hausse, tirant les prix des obligations vers le bas. La différence de rendement entre les obligations d’entreprise et les obligations d’Etat (les « spreads de crédit ») est mince, s’avérant peu attrayante pour les investisseurs. Les actions restent ainsi notre classe d’actifs favorite. Même si les valorisations boursières pourraient paraître chères en valeur absolue, elles ne le sont pas en regard des obligations. Du point de vue du rendement total, il existe en réalité peu d’alternatives aux actions sur le moyen terme. Le cours de l’or a baissé après le changement de cap de la Fed sur le front des
perspectives de taux d’intérêt, mais le métal jaune reste attractif pour se prémunir contre le risque d’événement extrême. Malgré la récente appréciationr du dollar, nous continuons d’anticiper une hausse parallèle des rendements en euros et en dollars, ainsi qu’une stabilisation de la parité.

Conclusion
Le contexte reste favorable aux actions, et nous continuons de Surpondérer, mais nous avons apporté quelques ajustements aux allocations régionales. Nous sommes revenus à Neutre sur les Etats-Unis sous l’effet de la vigueur de la reprise. Les prévisions relatives au PIB américain sont révisées à la hausse à 7% pour cette année par la Fed et la montée en flèche de l’inflation devrait s’avérer transitoire. Pour équilibrer les portefeuilles, nous avons abaissé notre positionnement sur le Japon à Neutre, alors que la pandémie s’éternise. Nous continuons également de recommander une combinaison équilibrée entre les valeurs « Growth » et les titres « Value », et nous nous intéressons aux entreprises qui bénéficient d’un bon pouvoir de fixation des prix pour répercuter la hausse des prix des facteurs de production sur les consommateurs afin de préserver les marges. Une Sous-pondération des marchés obligataires devrait être maintenue dans les portefeuilles, en particulier concernant les obligations d’Etat des économies avancées, même si les rendements des obligations émergentes restent attractifs. Parmi les outils de diversification, nous restons Neutres sur les hedge funds et continuons de Surpondérer l’or.

Lire l'intégralité de l'article

Clémentine Gallès Chef Economiste et Stratégiste Société Générale Private Banking