Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Assurance-vie : Adapter sa clause bénéficiaire pour rendre possible une transmission transgénérationnelle

Article de nos experts Julie Boussin et Guillaume Pinelli.
Article à jour au 1er juin 2021, établi en fonction de la législation en vigueur en France et applicable aux personnes physiques résidentes fiscales en France.

 

L’assurance-vie permet de transmettre des liquidités aux personnes de son choix dans des conditions favorables. Il convient de soigner la rédaction de la clause bénéficiaire, et de la revoir régulièrement pour s’assurer qu’elle correspond toujours aux objectifs personnels. Plusieurs solutions existent pour organiser une transmission au profit de plusieurs générations.

Un dispositif souple qui permet de gratifier les bénéficiaires de son choix

En matière de transmission, l’assurance-vie offre une grande souplesse. Sous réserve que les primes versées ne soient pas « manifestement exagérées »*, c’est-à-dire disproportionnées au regard de la situation du souscripteur, les capitaux-décès seront remis aux personnes désignées dans la clause bénéficiaire, qui peuvent être différentes des héritiers légaux. Le traitement fiscal pour les versements réalisés à partir du 13/10/1998 et avant les 70 ans du souscripteur est identique quel que soit le lien de parenté (abattement de 152 500 euros par bénéficiaire et fiscalité de 20% puis 31,25% au-delà de 700 000 euros) et est plus avantageux que le barème des droits de succession (tranche marginale de 45% en ligne directe, 60% entre tiers – barème qui s’applique aux primes versées après 70 ans, après abattement global de 30 500 euros). Le conjoint, comme le partenaire de PACS, sont exonérés de droits de transmission dans tous les cas.

Alors que l’allongement de l’espérance de vie conduit les enfants à hériter de leurs parents de plus en plus tardivement, comment utiliser au mieux la liberté offerte par la rédaction de la clause bénéficiaire ?

Il est bien sûr possible tout simplement d’intégrer les petits-enfants parmi les bénéficiaires des contrats d’assurance-vie, en multipliant ainsi les abattements disponibles. Mais plusieurs alternatives peuvent être envisagées pour utiliser efficacement ce puissant vecteur de transmission qu’est la clause bénéficiaire et gratifier plusieurs générations.

Une transmission « à double détente » avec le démembrement de la clause bénéficiaire

Une solution consiste à démembrer la clause bénéficiaire. Si la clause bénéficiaire démembrée désignant le conjoint usufruitier des capitaux-décès et les enfants nus-propriétaires est bien connue de la pratique, il est également possible de la mettre en place entre plusieurs générations appelées à bénéficier successivement des capitaux : en usufruit par exemple pour les enfants, qui pourront sans contrainte jouir des capitaux-décès pendant le reste de leur vie (principe du quasi-usufruit), et en nue-propriété pour les petits-enfants. Tous se verront ainsi appliquer la fiscalité favorable de l’assurance-vie au moment du décès du souscripteur, selon la valeur de leurs droits respectifs. Le quasi-usufruitier aura la charge de rendre, à la fin de l’usufruit, la valeur estimée de ce dernier à la date de restitution. Ainsi, à la disparition de l’usufruitier, aucune fiscalité supplémentaire ne sera due : la transmission aux petits-enfants aura été anticipée.

Il est recommandé en pareil cas de rédiger une convention de quasi-usufruit par acte sous seing privé, à enregistrer auprès du service des impôts, ou par acte authentique et ce afin d’organiser les droits et devoirs de chacune des parties sur ces sommes d’argent, et de déterminer le montant et l’indexation éventuelle de la créance de restitution à faire valoir par les nus-propriétaires sur l’actif successoral de l’usufruitier.

Une bonne entente préalable entre usufruitier et nu(s)-propriétaire(s) est nécessaire à la mise en place d’une clause bénéficiaire démembrée.

Afin d’associer les différentes générations à un projet familial commun, il est également possible de stipuler une clause de remploi, qui obligera les usufruitiers et nus-propriétaires à réinvestir conjointement le capital démembré sur d’autres actifs qui seront eux-mêmes démembrés : actifs immobiliers, financiers tels que des contrats de capitalisation, ou encore, pour une gestion plus fine et centralisée, au capital d’une société civile familiale préconstituée.

Une transmission « transgénérationnelle » dès le dénouement du contrat

Il est possible d’offrir au bénéficiaire du contrat d’assurance-vie la faculté de renoncer aux capitaux-décès en faveur de ses propres descendants. La solution la plus simple consiste à dédier un contrat à chaque souche familiale en désignant pour chaque contrat :
• Comme bénéficiaire en premier rang : l’un des enfants du souscripteur ;
• Comme bénéficiaire de second rang : les propres enfants de l’enfant (bénéficiaire de premier rang) concerné.
Au décès de l’assuré, chaque enfant pourra : 
• Soit accepter totalement le bénéfice des capitaux-décès ;
• Soit y renoncer totalement pour que les capitaux-décès soient attribués à ses propres enfants, bénéficiaires en second rang de son contrat.  

L’acceptation ou la non-acceptation du capital-décès appartient au seul bénéficiaire et n’est pas constitutive d’une libéralité. En cas d’assujettissement des capitaux décès aux droits de succession (s’agissant des primes versées après 70 ans), la fiscalité dépendra du lien de parenté entre le souscripteur-assuré et le bénéficiaire.

Une solution alternative pour favoriser la transmission transgénérationnelle peut s’appuyer sur la rédaction d’une clause bénéficiaire à options. Ce type de clause introduit davantage de souplesse que la faculté de renonciation mentionnée ci-avant, car dans ce cas le bénéficiaire peut cantonner, selon son choix parmi les options disponibles, sa quote-part de capital. Le solde sera alors laissé à la disposition du bénéficiaire de second rang. Même si la réponse ministérielle Malhuret (22/09/2016) semble avoir confirmé la validité des clauses à options, ces dernières sont encore peu utilisées compte tenu de leur complexité rédactionnelle et des réserves de certaines compagnies d’assurance. Il est donc recommandé de faire rédiger et enregistrer ce type de clause devant notaire.

L’importance de soigner la forme de la désignation bénéficiaire

La modification de la clause bénéficiaire peut se faire à tout moment par avenant ou par acte sous seing privé ou acte authentique. Pour assurer sa conservation et donc son application, deux possibilités s’offrent au souscripteur : 
•    Si la clause retenue est simple et le modèle facilement acceptable par l’assureur, elle pourra être enregistrée directement auprès de ce dernier ;
•    Si la rédaction de la clause bénéficiaire nécessite une rédaction plus spécifique et le cas échéant des obligations de remploi, cette dernière devra alors être rédigée de manière séparée devant notaire, puis déposée chez ce dernier avec notification de ce dépôt à la compagnie d’assurance. 
Le dépôt de la clause auprès d’un notaire permettra également d’en inscrire une mention au fichier central des dispositions de dernières volontés (FCDDV), ce qui permet de s’assurer que les héritiers seront bien informés, lors de l’ouverture de la succession, de l’existence des contrats.

D’une façon générale, il est essentiel de prévoir systématiquement, aux termes de la clause bénéficiaire, des bénéficiaires de second rang et de laisser la mention "à défaut, à mes héritiers". Cela permettra d’éviter en cas de prédécès du bénéficiaire de premier rang, que les capitaux ne soient réintégrés dans la succession et donc soumis au barème des droits de mutation à titre gratuit.

Pour conclure, l’audit régulier de l’ensemble des contrats d’assurance-vie est recommandé afin de s’assurer de l’adéquation des clauses bénéficiaires avec les objectifs en matière de protection de la famille et de transmission patrimoniale.

Les experts de Société Générale Private Banking sont à votre disposition pour vous accompagner dans ces réflexions, aux côtés de vos conseils.

 


* article L132-13 du Code des Assurances

DISCLAIMER

Ce document est communiqué à titre purement informatif et n’a pas de vocation contractuelle. Le contenu de ce document n’est pas destiné à fournir un conseil personnalisé sur une solution patrimoniale, ni une recommandation pour mettre en place une solution patrimoniale ni un conseil en investissement.
Les informations contenues dans ce document ne constituent pas un conseil juridique, successoral, fiscal ou comptable. Les exemples ou simulations indiquées dans le document ne garantissent en aucun cas les performances futures ou à venir.
Toute solution patrimoniale, produit ou service doit se conformer au Code de Conduite Fiscale du groupe Société Générale. Préalablement à toute décision relative à la mise en place d’une solution patrimoniale, il est nécessaire de solliciter l’avis de ses conseils personnels externes.
La personne à qui ce document est remis est informée que :
Les cas évoqués dans ce document sont uniquement des exemples sur lesquels il n’est pas possible de se fonder en vue de la mise en place d’une opération,
Les informations mentionnées peuvent varier selon les modifications de la législation ou réglementation applicables,
Ce document est destiné à l’usage personnel de la personne à qui il a été remis, doit être lu en lien avec les éléments de contexte sur la base duquel ce document a été rédigé, et des commentaires oraux fournis lors de la présentation du document.
Société Générale ne s’engage pas à actualiser ni à modifier la présente publication, et n’assumera aucune responsabilité à cet égard. Les éventuelles données historiques et information contenues dans ce document ont été obtenues ou se basent sur des sources externes que Société Générale n’a pas vérifié de manière indépendante. Le présent document est confidentiel, destiné exclusivement à la personne à laquelle il est remis, et ne peut ni être communiqué ni porté à la connaissance de tiers (à l'exception des conseils externes et à condition qu'ils en respectent eux-mêmes la confidentialité), ni reproduit totalement ou partiellement, sans accord préalable et écrit de Société Générale.
Ce document est publié et distribué par Société Générale, banque française autorisée et supervisée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, sise 4 Place de Budapest, 75436 Paris Cedex 09, sous la supervision prudentielle de la Banque Centrale Européenne (BCE), et enregistrée auprès de l’ORIAS en qualité d’intermédiaire en assurance sous le numéro 07 022 493. Société Générale est une société anonyme française au capital de 1 066.714.367,50 EUR au 31 décembre 2020, dont le siège social est situé 29 boulevard Haussmann, 75009 Paris, et dont le numéro d'identification unique est 552 120 222 R.C.S. Paris. De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur
www.privatebanking.societegenerale.fr/.