Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Interview de Michel Feraud, Président de Provepharm

En donnant une seconde vie thérapeutique à des molécules oubliées, Provepharm Life Solutions bâtit un groupe pharmaceutique mondial. Sa stratégie ? Une innovation accélérée et des traitements accessibles au plus grand nombre.

Un chercheur qui veut se trouver

C’est tout jeune étudiant en chimie organique à l’Université Saint-Jérôme de Marseille que Michel Feraud a connu un déclic : « J’ai envisagé la chimie comme un Lego® où des molécules pouvaient se transformer en médicaments pour soigner ». En 1997, forts de leur doctorat, Michel Feraud et son ami d’enfance, Christophe Baralotto, décident de fonder leur entreprise – sans fonds propres – qui deviendra Provepharm Life Solutions. « Si nous n’avions aucune idée de ce que nous allions faire, en revanche nous savions exactement où nous allions le faire, c’est-à-dire dans le monde entier. »

 

Prise de risque maîtrisée

L’entreprise commence par proposer ses services à d’autres laboratoires comme L’Oréal, Johnson & Johnson ou encore Aventis. Elle se tourne en parallèle vers des investisseurs, tout en veillant à préserver l’indépendance de son actionnariat. « Nous avons, par exemple, réalisé un financement à travers des obligations convertibles*, à contre-courant des pratiques de l’époque. Nous avons ainsi réussi à conserver la majorité de notre capital. » En 2018, le fonds Tethys de la famille Bettencourt et ArchiMed – premiers fonds européens indépendants dédiés à ce secteur – sont ainsi entrés au capital. Et Michel Feraud et Christophe Baralotto conservent toujours 67 % des parts.

(*) Type d’obligations offrant un droit de conversion en actions.

Réinventer le bleu de Méthylène

En 2007, Provepharm Life Solutions réinvente un remède séculier, le bleu de méthylène. La molécule, découverte en 1876, possède de nombreuses qualités antiseptiques et antioxydantes.
Mais, parce qu’elle contient certains métaux lourds potentiellement toxiques, son usage thérapeutique a été progressivement interdit. En brevetant un procédé éliminant ces substances, l’entreprise a créé le bleu de méthylène Provayblue®, et notamment développé avec celui-ci un nouvel antidote contre une intoxication grave du sang. Pays après pays, les agences nationales du médicament vont donner l’autorisation de mise sur le marché (AMM) de cette molécule régénérée. « Tout a commencé par la France en 2010, pour arriver aujourd’hui à une présence dans près de 35 pays. » Parmi les AMM les plus récentes, celles obtenues aux États-Unis.

« Nous avons décroché en 2016 une exclusivité de sept ans pour la commercialisation de Provayblue® en obtenant une désignation de médicament orphelin. En tant qu’entreprise responsable, cette position nous oblige à garantir une disponibilité permanente des produits pour l’ensemble du territoire américain – ce qui est normal. À cet effet, nous disposons d’un stock stratégique de 200 000 unités aux États-Unis. Il représente six mois de traitement. Nous sommes 100% tournés vers les patients. Et il est impensable qu’une personne doive se passer de sa thérapie parce qu’un laboratoire n’a pas été en mesure de gérer sa chaîne d’approvisionnement ou, bien pire, qu’il a procédé à un arbitrage financier. »

 

Une philosophie sociétale de l'innovation

Si les équipes R&D de Provepharm Life Solutions sont si performantes, c’est probablement parce que les actionnaires et le management leur laissent du temps. « Au sein de Provepharm Life Solutions, nous nourrissons une réelle envie d’entreprendre auprès de tous nos collaborateurs. Dans un monde en quête de sens, nous souhaitons donner du sens à l’intelligence et, surtout, éviter les comportements moutonniers. Je suis convaincu que les entreprises doivent porter un message. Le nôtre est qu’il existe une troisième voie entre les biotechs et les spécialistes du générique… celle qui consiste à réinventer des molécules aux vertus thérapeutiques ancestrales en les rendant compatibles avec les cahiers des charges très stricts des agences de santé. »

42,5 M€ pour accélérer la croissance

La création d’une nouvelle unité de production de 3 000 m2 à Marseille – 9 M€ d’investissement – ou encore l’implantation d’une nouvelle filiale aux États-Unis sont autant de signes qui soulignent l’accélération du développement de Provepharm Life Solutions. Son CA a d’ailleurs progressé de 27 % en un an pour atteindre 38 M€ fin 2018. Pour accompagner ses nouveaux projets, l’entreprise vient d’obtenir un crédit syndiqué* de 42.5 M€.

 

Des recherches contre la Malaria à forte responsabilité sociétale

Parmi les recherches en cours, Provepharm Life Solutions travaille sur un traitement contre la malaria, déjà soutenu par l’armée américaine. L’enjeu est de taille. Selon l’OMS, cette maladie a tué 429 000 personnes en 2015 avec près de 212 millions de cas enregistrés dans le monde. Sa stratégie ? Le No Gain, No Lost (Pas de Gain, Pas de Perte). « Nous ne sommes pas conduits par les gains, mais nous ne souhaitons pas non plus perdre d’argent. » Pour accélérer sa R&D, l’entreprise mise donc sur la fertilisation des talents de collaborateurs de plus de dix nationalités. Par ailleurs, la parité lui tient particulièrement à coeur. C’est ainsi qu’une majorité de femmes compose les effectifs et que trois d’entre elles siègent au conseil d’administration. Pour conclure cet entretien, Michel Feraud tient aussi à évoquer l’un des facteurs clefs de ses succès.
« Quels que soient la profession d’une personne, son secteur d’activité, je pense qu’il est primordial d’oser le bon sens. Cette troisième voie regorge d’opportunités, tant pour les entreprises que pour les personnes. Et, surtout, elle crée de la valeur sociétale partageable par tous. » Dans ce domaine, Michel a démontré savoir de quoi il parle.

 

(*) Prêt accordé par plusieurs banques à la même entreprise.