Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Notre Point de Vue - mars 2021 - L'horizon s'éclaircit

Découvrez les perspectives mensuelles de notre équipe Stratégie d'Investissement.

Situation macro-économique
Un an après les premiers décès liés à la COVID-19 en Europe et aux Etats-Unis, de nouveaux variants du virus contraignent les gouvernements à maintenir des restrictions strictes. Les consommateurs ont donc choisi d’accroître leur épargne plutôt que de dépenser et (même si la
confiance des entreprises s’est améliorée dans le secteur manufacturier) de nombreuses entreprises de services restent à la peine. Les programmes d’aide fiscale (comme le plan de 1 900 Md$ du Président Biden) restent indispensables aux économies développées. Dans le
même temps, les programmes de vaccination se sont accélérés (notamment au Royaume-Uni et aux Etats-Unis), laissant espérer un assouplissement des mesures de confinement d’ici à l’été prochain, suivi d’une reprise cyclique synchronisée au S2.

Banques centrales
Une demande plus soutenue de l’industrie, des baisses de production et des goulets d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement ont poussé les prix de nombreuses matières premières à des plus-hauts de plusieurs années, faisant redouter une hausse de l’inflation. En effet, les comparaisons en glissement annuel avec l’effondrement des prix pétroliers survenu au printemps dernier pourraient tirer l’inflation globale vers le haut d’ici à l’été. Les banques centrales ont toutefois confirmé qu’elles jugent ces pressions éphémères. Dans son discours prononcé récemment devant le Congrès, le président de la Réserve fédérale (Fed), Jay Powell, a fait valoir que les risques inflationnistes restent
orientés à la baisse. Dans ce contexte, nous estimons que les banques centrales veilleront à ce que les conditions financières restent très accommodantes, en maintenant les taux directeurs et en poursuivant leurs programmes d’achat d’actifs au rythme actuel.

Marchés financiers
La reprise cyclique imminente, l’ampleur des plans d’aide fiscale de Joe Biden et l’émergence des pressions inflationnistes sont autant de facteurs qui ont poussé les rendements obligataires toujours plus haut depuis l’été dernier, les ramenant aux niveaux antérieurs à la crise. Comme c’est souvent le cas (l’actualisation des flux de trésorerie à long terme à des taux plus élevés aboutit à une baisse de la valeur actuelle nette pour les actions), les marchés actions ont été malmenés récemment, en particulier les valeurs de croissance surévaluées, tandis que les valeurs cycliques et les titres « value » ont mieux résisté. Sous l’effet de la baisse des prix des obligations et des actions fin février, le dollar a bénéficié des flux vers les valeurs refuges, gagnant ainsi du terrain face aux devises des économies avancées et émergentes.

Conclusion
Notre confiance dans les marchés actions mondiaux demeure intacte et nous conservons une position fortement Surpondérée. En termes de régions, nous préférons encore les marchés les plus sensibles à une reprise cyclique, en particulier les marchés émergents, le Japon et l’Europe. Nos allocations sectorielles visent une large diversification entre les valeurs de croissance (dans les technologies, par exemple) et les retardataires sous-évalués qui devraient bénéficier de la reprise cyclique. Au sein des marchés obligataires, nous sommes globalement Souspondérés, à l’exception des obligations des marchés émergents. Enfin, notre position sur le dollar n’a pas changé. Nous estimons que le billet vert devrait encore céder du terrain en 2021.
 

Lire l'intégralité de l'article

Conformément à la réglementation en vigueur, nous informons le lecteur que ce document est qualifié de document à caractère promotionnel. CA25/S1/21 Sauf si spécifié, tous les chiffres et statistiques présents dans ce rapport proviennent de Bloomberg et Datastream le 05/03/2021.

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking