Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Notre Point de Vue - août 2021

Découvrez les perspectives mensuelles de notre équipe Stratégie d'Investissement.

Maintien de notre scénario de reprise économique
La reprise économique se confirme, notamment tirée par une certaine normalisation de l’activité et un soutien toujours très fort des politiques monétaires et budgétaires des économies développées. L’évolution de la crise sanitaire – et notamment la diffusion rapide du variant Delta - fait craindre une résurgence des contraintes de mobilité et de sociabilisation qui enrayerait cette reprise. Ce risque resterait cependant limité dans les économies développées où la vaccination des populations apparaît efficace. Les conditions monétaires et financières continueront en outre d’y apporter un fort soutien au cours des prochains mois. En revanche, les économies émergentes souffriront de leur accès inégal au vaccin et de moindres capacités de leurs politiques à soutenir l’activité.

Les principales banques centrales toujours en soutien… pour le moment
Les banques centrales des principales économies développées maintiendront leurs politiques très accommodantes. Les autorités monétaires continuent en effet de percevoir la progression récentede l’inflationcommetransitoire. Les tensions observées sur les prix s’expliquenten grande partie par la faiblesse des effets de base, les pénuries et les goulots d’étranglement liés à la normalisation de l’activité. En zone euro, les risques d’une transmission de cette hausse des prix aux salaires restera limitée dans un contexte où l’activité économique apparaît toujoursdégradée relativement à la situation d’avant-crise, avec notamment un taux de chômage toujours élevé. Aux Etats-Unis, la vigueur de la reprise pourrait faire craindre une certaine transmission prix-salaires et incitera la Réserve fédérale à infléchir la tonalité de son discours durant le dernier trimestre de l’année. Les prévisions médianes des membres du FOMC laissent en effet désormais entrevoir deux hausses des taux en 2023.

Des marchés obligataires de nouveau trop pessimistes sur la croissance ?
Les marchés obligataires ontété de nouveau affectés par les craintes de l’évolution sanitairesur l’activité économique. La récente rechute des taux d’intérêt de long terme semble cependant excessive si l’efficacité des vaccins se confirme pour enrayer les évolutions graves de la maladie. Nous estimons que la confirmation de la reprise de l’activité dans les économies développées et le changement de tonalité de la Réserve fédérale impliqueront une remontée graduelle des taux d’intérêt. Cette remontée des taux ne devrait pas être de nature à enrayer la croissance, ni donc la bonne tenue des marchés d’actions. 


Maintien de notre choix d’allocation d’actifs : surpondéré actions Européennes, sous-pondéré sur les obligations
Dans ce contexte, même si les valorisations peuvent paraître chères en valeur absolue, nous considérons que le contexte de reprise reste favorable aux actions relativement aux obligations. Nous continuons donc de Surpondérer les actions. En termes de préférence régionales, nous surpondérons les actions Européennes. Nous considérons en effet qu’il persiste un décalage entre la reprise aux Etats-Unis – où l’activité a déjà retrouvé son niveau d’avantcrise – et celles en Zone euro et au Royaume-Uni qui devrait rattraper leur retard. Nous continuons également de recommander une combinaison équilibrée entre les valeurs « Growth » et les titres « Value », et nous nous intéressons aux entreprises qui bénéficient d’un bon pouvoir de fixation des prix pour répercuter la hausse des prix des facteurs de production sur les consommateurs afin de préserver les marges. Nous maintenons une Sous-pondération des marchés obligataires, en particulier concernant les obligations d’Etat des économies avancées. La différence de rendement entre les obligations d’entreprise et les obligations d’Etat (les « spreads de crédit ») est mince et s’avèrepeu attrayante pour les investisseurs. Nous conservons notre surpondération surl’or considérant que le métal jaune reste attractif pour se prémunir contre le risque d’événement extrême. Nous n’affichons pas de tendance marquée sur les principales devises, hormis une légère surpondération maintenue sur le franc suisse.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking