Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

L’atténuation du changement climatique est-elle encore possible ? - Décryptage du 3ème Rapport du GIEC sur le climat

Diana Triana Cadena, Responsable de la Recherche ESG de la société de gestion de SGPB France, SG29 Haussmann, nous propose un décryptage du dernier rapport du GIEC sur le climat et les mesures d’atténuation face aux enjeux climatiques.

Le 4 avril 2022, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) a publié son troisième rapport dédié au changement climatique. En août 2021, son premier rapport dressait un état des lieux alarmiste du changement climatique et de son impact sur notre planète. Il y a été démontré que malgré les effets déjà irréversibles sur la biodiversité du réchauffement climatique causé par l’Homme, la hausse de la température pouvait encore être limitée à 2°C grâce à la mise en place d’actions favorisant la neutralité carbone. Fort de ces constats, le second rapport publié en février 2022 est allé encore plus loin en analysant les impacts du changement climatique sur les écosystèmes, la biodiversité et des communautés humaines, en surlignant l’importance d’une transition écologique qui ne néglige par l’aspect social. Pour cette troisième édition, le GIEC dresse un bilan des émissions passées et présentes et propose des solutions qui permettraient de diviser par deux nos émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2030. Il s’agit du premier rapport du GIEC qui analyse en profondeur la manière dont notre comportement, nos choix et notre mode de consommation peuvent contribuer à l’atténuation du changement climatique. Le message est encourageant ! Nous avons la possibilité d’y parvenir mais pour que cet objectif reste atteignable, cela nécessite une accélération des politiques climatiques avant 2025.

Quel est le bilan sur la dernière décennie 2010–2019 ?

Les émissions totales nettes de Gaz à Effet de Serre (GES) n’ont cessé d'augmenter au cours de la période 2010-2019. Les émissions moyennes annuelles ont même atteint un record historique depuis 1850.  Ce sont les secteurs de l’Industrie, de l’Energie et de l’Agriculture qui contribuent à 80% des émissions de GES.

 

repartition emissions nettes de GES en 2019

À l'échelle mondiale, les 10% des ménages ayant les revenus par habitant les plus élevés contribuent à eux seuls à plus d’un tiers des émissions mondiales de GES. A contrario, les 50% des ménages ayant les revenus les plus faibles ne contribuent qu’à hauteur de 15 % des émissions de GES. Notons néanmoins un point plutôt positif qui concerne l'éradication de l'extrême pauvreté et l’atteinte d’un niveau de vie décent dans ces régions qui n’est pas remis en cause d’un point de vue climat. En effet, c’est plutôt aux pays développés de s’atteler à cette transition.  Dans le cadre de l’Accord de Paris, l’ensemble des pays signataires se sont engagés pour limiter la hausse de la température mondiale. Toutefois, ces engagements restent insuffisants selon le GIEC pour atteindre la neutralité carbone à 2050.

Quelles sont les mesures d’atténuation ?

Ne rien faire coûte plus cher que de mettre en place des mesures d’adaptation et de mitigation. Le coût global de la limitation du réchauffement à 2°C est inférieur aux avantages que cette transition juste pourrait engendrer.(2) Le GIEC liste un certain nombre de solutions à moins de 100 dollars par tonne de CO2 qui pourraient réduire les émissions mondiales de moitié d’ici 2030 notamment au travers de projets liés aux énergies renouvelables (énergie solaire et éolienne, …). Le tableau ci-dessous présente les mesures d’atténuation sur les secteurs clés de la transition.


  • Energie 

- Limiter notre dépendance aux énergies fossiles : arrêter de développer des nouvelles infrastructures et stopper les subventions.
- Opérer une transition vers des sources d’énergie zéro carbone, telles que les énergies renouvelables. Grâce aux avancements technologiques, le coût est en forte baisse depuis 2010.  
- Continuer à investir dans les méthodes d’élimination ou de captation du dioxyde de carbone (Carbon Dioxyde Removal, CDR). Ces technologies nous permettront de contrebalancer les émissions résiduelles.

  • Industrie   

Il est possible d’atteindre la neutralité carbone dans l’Industrie, mais cela demande la coordination de l’ensemble de la chaîne de valeur pour promouvoir les options de mitigation : 
- Gestion de la demande, 
- Efficacité de l’énergie et des matériaux, 
- Économie circulaire,
- Transformation des process de production

  • Bâtiments    

Lors de la phase de construction, il est possible d’utiliser des matériaux à faibles émissions, intégrer lors de phases d’utilisation des énergies renouvelables et mettre en place des systèmes de recyclage et de réutilisation des matériaux. Par la suite, il est possible de poursuivre des travaux d’isolation des bâtiments.

  • Transports

L’électrification des véhicules, l’utilisation des bio-carburants et de l’hydrogène constituent des bénéfices non seulement relatifs à l’atténuation des émissions de GES mais aussi dans la qualité de l’air et l’accès équitable aux services de transport.


Pour limiter la hausse des températures à 1.5°C, des changements comportementaux doivent également être mis en place. A titre individuel, il existe plusieurs options d’atténuation efficaces comme : opter pour un régime alimentaire à prépondérance végétale, éviter le gaspillage, favoriser les moyens de locomotions non polluants (vélo, marche à pied, etc) ou encore éviter les vols à long-courriers. Ces stratégies au niveau global pourraient permettre de réduire les émissions de GES à l'échelle mondiale de 40 à 70 % d’ici 2050. Les gouvernements ont un rôle important à jouer dans ce processus par le biais des subventions, des plans de soutiens ou de programmes d’urbanisation pensés pour limiter l’utilisation des transports polluants et soutenir la rénovation des logements.

Ces actions pour atténuer et s’adapter au changement climatique sont essentielles pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD). La transition devra se faire de manière juste. Bien que certains métiers pourraient tendre à disparaître, la transition énergétique pourrait créer davantage de possibilités d'améliorer les compétences et créer de nouvelles opportunités d’emploi dans certains secteurs.

Quel rôle les acteurs financiers ont-ils à jouer ?

Malgré la tendance, les flux financiers vers l’atténuation du changement climatique ne sont pas suffisants pour atteindre l’objectif fixé. Entre 2020 et 2030, les investissement annuels qui permettront d’atteindre le scénario des Accords de Paris  limitant le réchauffement à 2°C ou 1,5°C devront être trois à six fois supérieur aux niveaux actuels. Il existe suffisamment de capitaux et de liquidités dans le monde pour combler les déficits d'investissement, mais subsistent des obstacles à la réorientation des capitaux vers l'action climatique. Chez Société Générale Private Banking, nous sommes convaincus que tous les secteurs doivent participer à cette « transition juste ». C’est notamment le cas pour les entreprises dans les secteurs à fort impact climatique. En tant qu’acteurs responsables, nos sociétés de gestion dédiées, SG 29 Haussmann et SGPWM ont la volonté d’accompagner ces entreprises dans leur stratégie de décarbonisation et faire émerger les pratiques responsables qui prennent en compte les enjeux liés à une transition juste.


SG 29 Haussmann et Société Générale Private Wealth Management (SGPWM) s’inscrivent dans un objectif de neutralité carbone d'ici 2050. Elles ont rejoint les accords
UNPRI en 2020 et l’initiative Net Zero Asset Managers en 2022.

“Le climat est notre avenir, notre avenir est entre nos mains.” (Source : GIEC)

 


(1) AFAUT : Agriculture, Forêts et Autres Utilisations des Terres

(2)"Les options d'atténuation coûtant 100 USD/tCO2-eq ou moins pourraient réduire les émissions mondiales de GES d'au moins la moitié du niveau de 2019 d'ici 2030 (degré de confiance élevé). Le PIB mondial continue de croître dans les trajectoires modélisées10 mais, sans tenir compte des avantages économiques des mesures d'atténuation liés aux dommages évités du fait des changements climatiques ni de la réduction des coûts d'adaptation, il est inférieur de quelques pour cent en 2050 par rapport aux trajectoires sans atténuation au-delà des politiques actuelles. Dans la plupart des publications évaluées, les avantages économiques mondiaux d'une limitation du réchauffement à 2 °C sont supérieurs au coût de l'atténuation."

Source : https://plateforme-wallonne-giec.be/assets/documents/Lettre25/WGIII_SPM_messages_cles_FR.pdf 

 


Voir la vidéo du GIEC sur le rapport : https://www.ipcc.ch/report/ar6/wg3/resources/presentations-and-multimedia YouTube link

Source : GIEC, 2022: Summary for Policymakers. In: Climate Change 2022: Mitigation of Climate Change. Contribution of Working Group III to the Sixth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change [P.R. Shukla, J. Skea, R. Slade, A. Al Khourdajie, R. van Diemen, D. McCollum, M. Pathak, S. Some, P. Vyas, R. Fradera, M. Belkacemi, A. Hasija, G. Lisboa, S. Luz, J. Malley, (eds.)]. Cambridge University Press, Cambridge, UK and New York, NY, USA. doi: 10.1017/9781009157926.001