Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Responsabilité sociétale de l’entreprise : une donnée pour les entreprises, un défi pour les associations ?

Quelle responsabilité pour les mécènes-entreprises ? Article de notre experte RSE Claire Douchy.

La RSE, une volonté de l'entreprise

La responsabilité sociétale des entreprises (RSE), également appelée responsabilité sociale des entreprises, est définie par la Commission européenne comme l'intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes. En d'autres termes, la RSE est « la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable ».

Il s’agit donc bien d’un mouvement volontaire de l’entreprise qui va évaluer :

ses produits et servicesen se demandant par exemple si ses produits sont accessibles, éco-conçus, recyclables, ou si le packaging est économe, en plastique …

- ses pratiques d’entreprise - en se demandant par exemple si ses fournisseurs sont proches de ses usines, si les matières premières qu’elle utilise sont produites de manière responsable…

- ses enjeux sociauxen se demandant par exemple si ses salariés et les salariés de ses fournisseurs sont bien traités - que ce soit en termes de sécurité, de protection sociale, de diversité, d’intégration…

- sa gouvernancesur des sujets aussi vastes que l’organisation du pouvoir, la diversité dans les organes de gouvernance, ou encore la gestion des risques de corruption, de fraude, de non-conformité avec les lois et règlement en vigueur dans les pays où elle exerce une activité.

Dans les analyses de critères extra-financiers, les enjeux de RSE sont généralement classés sous les trois piliers « E » pour « Environnement », « S » pour « Social » et « G » pour « Gouvernance ». Les entreprises se réfèrent aussi de plus en plus souvent aux17 Objectifs de Développement Durable définis en 2015 par les Nations Unies pour définir, piloter et reporter leurs objectifs de RSE.

Depuis de nombreuses années, les entreprises ont alloué du budget aux enjeux RSE, au travers de missions de conseils, de recherche et développement, de communication et marketing, afin de pivoter leurs modèles d’affaires et leurs pratiques vers plus de durabilité(1), mais aussi pour faire connaître leurs engagements. On peut dire que pour les entreprises qui ont fait ce choix, ce sont des investissements rentables : on observe par exemple que les entreprises ayant les meilleures notes ESG ont une forte attractivité boursière et une forte attractivité employeur vis-à-vis des jeunes talents. Le budget alloué par les entreprises à la RSE est d’autant plus important qu’elles partent de loin dans ce domaine ou, au contraire, qu’elles sont fortement engagées vis-à-vis du développement durable . On comprend aussi aisément qu’une entreprise dotera plus facilement son budget RSE si elle est profitable.

RSE et secteur non-marchand : le cas des acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire et d’intérêt général

Mais cela signifie-t-il que la RSE serait réservée uniquement au secteur marchand, et que les associations ne seraient pas concernées par la RSE ? Bien entendu, la réponse est non ! Intéressons-nous plus précisément aux acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire d’intérêt général.

Les associations et fondations sont des acteurs économiquement désintéressés, œuvrant dans des thématiques essentielles touchant l’ensemble de la société et dans son intérêt : on comprend donc que le service qu’elles offrent à leurs bénéficiaires est, par essence, en ligne avec les thématiques de développement durable. Que ces associations et fondations agissent dans le domaine de la santé, de l’éducation, de la protection et de l’aide aux plus fragiles, ou bien qu’elles soutiennent la culture et les arts, toutes sont, par « raison d’être », dans le domaine de la responsabilité et de la durabilité. Ainsi, l’alignement « RSE » de leur activité va de soi.

Associations et fondations, de bons élèves par essence ?

On imagine que leur engagement coule de source également en ce qui concerne leur propre empreinte environnementale et sociale, leur gouvernance, la gestion de leur capital humain… En effet, pour bien des associations et fondations, les bonnes pratiques sont déjà en place

Prenons l’exemple d’une association qui accompagne les personnes éloignées de l’emploi afin qu’elles retrouvent un travail : elle aura dans ses effectifs quelques salariés autrefois au chômage de longue durée. Prenons l’exemple d’une autre association qui s’intéresse à l’accompagnement des aidants de personnes malades : elle apportera un soin particulier à ses salariés eux-mêmes aidants de personnes malades. Une association d’aide alimentaire s’efforcera d’avoir une gestion raisonnée de ses déchets alimentaires.

Du reste, à l’instar des entreprises, certaines associations ou fondations se sont regroupées en coalition, comme par exemple la Coalition Française des Fondations pour le Climat (CFFC), qui a pour objectif d'inviter les fondations et fonds de dotation à s'engager sur les questions liées au changement climatique. A l'occasion de son lancement le 18 novembre 2020, un manifeste a été rendu public(2).

Du fait de la diminution des subventions publiques, les associations et fondations se tournent de plus en plus vers le soutien privé émanant des entreprises. Et il peut arriver que ces entreprises interrogent leurs partenaires solidaires sur les mêmes questions RSE que leurs autres parties prenantes. Elles vont par exemple s’intéresser à la façon dont le capital humain est géré par l’association / la fondation ; elles vont se pencher sur la gestion du risque de fraude et de corruption, l’évaluation de l’empreinte CO2 ; elles vont questionner la façon dont le pouvoir est exercé ; elles vont étudier la formation, l’évaluation, le contrôle des bénévoles… Répondre à ces questions peut devenir un vrai casse-tête pour les associations et fondations : les bonnes pratiques, souvent bien ancrées, ne sont pas toujours formalisées, ni pilotées, encore moins mises en évidence dans un rapport RSE. Car cette démarche, nous l’avons vu, suppose du budget, de la ressource en temps, que n’ont pas toujours les structures solidaires en question : elles sont principalement tournées vers leur mission. C’est un investissement de long terme, qui n’aura pas d’effet immédiat sur les bénéficiaires des structures.

Cependant, si ces questions sont bien traitées et explicitées, elles constituent également un levier fort d’attractivité, de fidélisation et de motivation des salariés, comme des bénévoles. Ce qui est valable pour les entreprises est également valable pour les associations et fondations. Mais si les associations et fondations n’ont pas de budget à allouer à la structuration et la mise en évidence de leur RSE, comment faire ?

La "Venture Philanthropy"

Une solution réside peut-être dans la « Venture Philanthropy ». Il s’agit d’une nouvelle forme de soutien qui adapte les principes du Private Equity (la sélection et le financement d’entreprises non cotées à fort potentiel de croissance, entre autres) aux besoins du secteur caritatif. L’idée est de financer les associations et fondations, non pas en fléchant tel ou tel projet ou action déployée sur le terrain, mais en les finançant globalement, pour qu’elles puissent investir en frais de structure, au service d’une plus grande efficacité, et donc de manière indirecte, d’un meilleur impact sociétal. Ces frais de structure peuvent en partie couvrir le budget RSE de l’association ou de la fondation.

Cette nouvelle forme de mécénat permettrait aux structures solidaires de gagner en efficacité opérationnelle et en transparence RSE. C’est aussi sans doute une option plus responsable, qui tient compte du fait que les projets sur le terrain ne sont efficaces pour leurs bénéficiaires que si l’association ou la fondation est efficace et responsable dans son fonctionnement structurel. 

 


((1)ou soutenabilité ; adopter un modèle de développement durable, répondant aux besoins présents, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs

(2) Voir le manifeste sur le site de la Fondation de France partenaire de l’initiative : https://www.fondationdefrance.org/fr/lancement-de-la-coalition-francaise-des-fondations-pour-le-climat

AVERTISSEMENT GENERAL

Société Générale Private Banking est la ligne métier du Groupe Société Générale opérant à travers son siège au sein de Société Générale S.A. et de départements, succursales ou filiales, localisés sur les territoires mentionnés ci-après, agissant sous les marques « Société Générale Private Banking », et « Kleinwort Hambros » et distributeurs du présent document.

Le présent document, de nature publicitaire, n’a pas de valeur contractuelle. Son contenu n’est pas destiné à fournir un service d’investissement, il ne constitue ni un conseil en investissement ou une recommandation personnalisée sur un produit financier, ni un conseil ou une recommandation personnalisée en assurance, ni une sollicitation d’aucune sorte, ni un conseil juridique, comptable ou fiscal de la part d’une quelconque entité relevant de Société Générale Private Banking.

Les informations contenues sont données à titre indicatif, peuvent être modifiées sans préavis, et visent à communiquer des éléments pouvant être utiles à une prise de décision. Les informations sur les performances passées éventuellement reproduites ne garantissent en aucun cas les performances futures.

Le présent document est confidentiel, destiné exclusivement à la personne qui le consulte, et ne peut être ni communiqué ni porté à la connaissance de tiers, ni reproduit totalement ou partiellement, sans accord préalable et écrit de l’entité Société Générale Private Banking concernée.

Aucune entité relevant de Société Générale Private Banking ne peut en aucun cas être tenue responsable pour toute décision prise par un investisseur sur la base des seules informations contenues dans cette vidéo/ce contenu audio.

Le groupe Société Générale maintient effective une organisation administrative prenant toutes les mesures nécessaires pour identifier, contrôler et gérer les conflits d’intérêts. A cet effet, les entités Société Générale Private Banking ont mis en place une politique de gestion des conflits d’intérêts permettant de gérer et prévenir les conflits d’intérêts. Pour plus de détails, les clients de Société Générale Private Banking peuvent se reporter à la politique de gestion des conflits d'intérêts disponible sur simple demande auprès de leur banquier privé.

Société Générale Private Banking a également mis en place une politique de traitement des réclamations formulées par ses clients, disponible sur simple demande auprès de leur banquier privé ou sur le site Internet de Société Générale Private Banking.

AVERTISSEMENTS SPÉCIFIQUES PAR JURIDICTION

France : Sauf indication contraire expresse, le présent document est publié et distribué par Société Générale, banque française autorisée et supervisée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, sise 4, place de Budapest, CS 92459, 75436 Paris Cedex 09, sous la supervision prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE ») et enregistrée auprès de l’ORIAS en qualité d’intermédiaire en assurance sous le numéro 07 022 493 orias.fr. Société Générale est une société anonyme française au capital de 1 066 714 367,50 EUR au 1er août 2019, dont le siège social est situé 29, boulevard Haussmann, 75009 Paris, et dont le numéro d'identification unique est 552 120 222 R.C.S. Paris. De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.

Luxembourg : Le présent document est distribué au Luxembourg par Société Générale Luxembourg, société anonyme enregistrée auprès du registre de commerce et des sociétés de Luxembourg sous le numéro B 6061 et établissement de crédit autorisé et régi par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (« CSSF »), sous la supervision prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »), et dont le siège social est sis 11, avenue Émile Reuter – L 2420 Luxembourg.  De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur https://www.societegenerale.lu/. Aucune décision d’investissement quelle qu’elle soit ne pourrait résulter de la seule lecture de ce document. Société Générale Luxembourg n’accepte aucune responsabilité quant à l’exactitude ou autre caractéristique des informations contenues dans ce document. Société Générale Luxembourg n’accepte aucune responsabilité quant aux actions menées par le destinataire de ce document sur la seule base de ce dernier, et Société Générale Luxembourg ne se présente pas comme fournissant des conseils, notamment en ce qui concerne les services d’investissement. Les opinions, points de vue et prévisions exprimées dans le présent document (y compris dans ses annexes) reflètent les opinions personnelles de l’auteur/des auteurs et ne reflètent pas les opinions d’autres personnes ou de Société Générale Luxembourg, sauf indication contraire. Ce document a été élaboré par Société Générale.  La CSSF n’a procédé à aucune analyse, vérification ou aucun contrôle sur le contenu du présent document.

Monaco : Le présent document est distribué à Monaco par Société Générale Private Banking (Monaco) S.A.M., sise 11 avenue de Grande Bretagne, 98000 Monaco, Principauté de Monaco, régie par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution et la Commission de Contrôle des Activités Financières. Les produits financiers commercialisés à Monaco peuvent être réservés à des investisseurs qualifiés conformément aux dispositions de la loi n° 1.339 du 07/09/2007 et de l’Ordonnance Souveraine n° 1.285 du 10/09/2007.  De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.

 

Suisse : Le présent document est distribué en Suisse par SOCIETE GENERALE Private Banking (Suisse) SA (« SGPBS »), dont le siège se trouve à la rue du Rhône 8, CH-1204 Genève.  SGPBS est une banque autorisée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Les placements collectifs et les produits structurés ne peuvent être offerts que conformément à la Loi fédérale sur les placements collectifs de capitaux (Loi sur les placements collectifs, LPCC) du 23 juin 2006 respectivement les Directives de l’Association suisse des banquiers (ASB) concernant l’information des investisseurs sur les produits structurés.  De plus amples détails sont disponibles sur demande auprès de SGPBS ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.

Le présent document est distribué par les entités suivantes du groupe Kleinwort Hambros sous le nom de Kleinwort Hambros :

Royaume-Uni : SG Kleinwort Hambros Bank Limited est autorisée par la Prudential Regulation Authority et réglementée par la Financial Conduct Authority et la Prudential Regulation Authority. Le numéro d’identification de la société est 119250.  La société est immatriculée en Angleterre et au Pays de Galles sous le numéro 964058 et son siège social est situé au 5e étage, 8 St. James’s Square, London SW1Y 4JU.Si vous ne souhaitez plus recevoir ce document, n’hésitez pas à contacter votre banquier privé ou contactez-nous au +44 (0) 207 597 3000. Les appels téléphoniques peuvent être enregistrés ou contrôlés.

Jersey et Guernesey : SG Kleinwort Hambros Bank (CI) Limited est réglementée par la Jersey Financial Services Commission (“JFSC”) pour les activités bancaires, d'investissement, de services monétaires et de services aux fonds. La société est constituée à Jersey sous le numéro 2693, et son siège social est établi au PO Box 78, SG Hambros House, 18 Esplanade, St Helier, Jersey JE4 8PR. SG Kleinwort Hambros Bank (CI) Limited – Guernsey Branch est également réglementée par la Guernsey Financial Services Commission (“GFSC”) pour les services bancaires, d'investissement et monétaires. Son adresse est située au PO Box 6, Hambros House, St Julian’s Avenue, St Peter Port, Guernsey, GY1 3AE. La société (succursale incluse) est aussi autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority (“FCA”) britannique en ce qui concerne les opérations hypothécaires réglementées au Royaume Uni. La société (succursale incluse) n'est pas autorisée ou réglementée par la Financial Conduct Authority britannique pour accepter les dépôts bancaires britanniques et n'est pas autorisée à détenir des dépôts au Royaume-Uni. Le numéro de référence de l'entreprise est le 310344. Ce document n’a pas été autorisé ou revu par la JFSC, la GFSC ou la FCA.

Gibraltar : SG Kleinwort Hambros Bank (Gibraltar) Limited est autorisée et réglementée par la Gibraltar Financial Services Commission pour ses activités bancaires, d’investissement et d’intermédiation en assurance. La société est immatriculée à Gibraltar sous le numéro 01294 et son siège social est situé Hambros House, 32 Line Wall Road, Gibraltar. 

Kleinwort Hambros fait partie de la ligne métier « Société Générale Private Banking » dédiée à la gestion privée du groupe Société Générale.  Société Générale est une banque française autorisée en France par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, sise 4, place de Budapest, CS 92459, 75436 Paris Cedex 09, sous la supervision prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »). Elle est aussi autorisée par la Prudential Regulation Authority et supervisée par la Financial Conduct Authority et la Prudential Regulation Authority. De plus amples informations sur SGPB Hambros Group, incluant des informations complémentaires de nature légale et réglementaire, sont disponibles sur www.kleinworthambros.com.

Claire Douchy Responsable des offres philanthropiques et ISR Société Générale Private Banking