Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Des maquettes aux finances personnelles : charmes et sirènes du fait-soi-même

La finance comportementale se définit par l’application de la psychologie à la finance : elle se distingue ainsi de la théorie financière classique, en considérant les individus non pas comme des êtres purement rationnels, mais influencés par leurs émotions ou encore par les biais de raisonnement.

Avec la météo capricieuse de l’automne, certains jeunes et moins jeunes retrouveront sans doute les loisirs d’intérieur tel que le modélisme. D’apparence anodine, ce type d’activité donne l’occasion de réfléchir sur la gestion de nos finances personnelles. Dans ce champ aussi, la dimension de « fait soi-même » peut jouer sur la manière dont nous donnons de la valeur aux choses. Découvrons ce biais que l’on appelle l’"heuristique de l’effort"…

L’effort n’a pas de prix !

Quel plaisir, après de longues heures de travail, que de pouvoir admirer sa maquette terminée. Celle-ci n’a pas de prix ! En effet, on s’imagine difficilement demander à un passionné de modélisme à quel prix il céderait son œuvre, celui-ci tirant sa satisfaction dans la création et nullement dans un quelconque revenu.

Sur ce sujet, une expérience intéressante(1) a été tentée en 2011 par trois chercheurs (M. Norton, D. Mochon et D. Ariely). Ils ont ventilé les participants à l’étude en deux groupes : les membres du premier groupe ont reçu une boîte de rangement qu’ils devaient assembler tandis que ceux du deuxième groupe ont reçu la même boîte mais qui avait déjà été assemblée par un tiers. Pour conserver le produit fini, les participants devaient proposer un prix d’achat. Il en est ressorti que les membres du premier groupe étaient disposés à offrir 63% de plus que ceux qui avaient reçu une boîte déjà assemblée ! Ces chercheurs se sont également intéressés aux briques LEGO®, loisir d’intérieur usuel des enfants, en groupant les participants par paires. Celles-ci ont reçu soit deux objets identiques pré-construits, soit deux objets à construire et à conserver, soit deux objets à construire puis à détruire. Résultat, le créateur estime le prix de son propre objet (0.84$) deux fois supérieur à celui du même objet fabriqué par son binôme (0.42$). S’il l’a détruit entre temps, la différence est moindre (0.14$) et si cet objet lui avait été remis déjà construit, la différence est quasi-nulle (0.06$) !

On comprend mieux l’intérêt porté à la mode du Do It Yourself (DIY ou « Faites-le vous-même » en français), à la fois par le consommateur et par les entreprises. Déjà dans les années 1950, l’histoire raconte(2) que pour augmenter les ventes de préparations instantanées de gâteaux de sa marque Betty Croker, la société General Mills avait suivi un conseil étonnant du psychologue Ernest Dichter : modifier la recette afin qu’un œuf soit à rajouter à la préparation et que le cuisinier ait l’impression de réaliser « sa » pâtisserie ! En ajoutant un peu de complexité, les consommateurs se sont sentis davantage investis dans la recette… et les ventes ont décollé !    

Le « Fait soi-même » appliqué à ses finances :  un risque d’immobilisme

Les expériences ci-dessus mettent en évidence la valeur accordée à ce qui résulte de notre propre implication, de nos efforts. C’est ce que l’on appelle l’heuristique de l’effort et que certains désignent sous le nom d’effet « IKEA® », du nom du célèbre vendeur de meubles à monter soi-même. Cette tendance ne doit pas être confondue avec l’effet de dotation selon lequel les individus accordent davantage de valeur à un bien ou un service lorsque celui-ci est leur propriété.

Plusieurs explications ont été proposées pour comprendre l’attirance vers les produits à monter soi-même. Par exemple, le fait de réussir à assembler un produit confère le sentiment d’être compétent ou encore l’impression de réaliser des économies et de faire des choix de consommation intelligents. En tout état de cause, il y a une relation entre l’effort perçu et la valeur accordée au bien de consommation.

Les finances personnelles n’échappent pas à cette tendance : le danger est grand d’accorder une valeur démesurée à la situation présente si vous avez dû fournir des efforts, par exemple y allouer du temps, pour sélectionner des valeurs ou pour construire une allocation d’actifs initiale avec votre banquier ou, de façon éventuellement plus chronophage, tout seul. Les réticences au changement étant d’autant plus fortes que vous avez été impliqués dans les décisions passées, vous risquez de succomber aux « charmes » de l’immobilisme, quitte à ce que l’absence de changement nuise à vos finances.  Restez donc alertes, indépendamment de vos efforts passés !

 

Cet article n’était pas pré-rédigé… j’y suis donc attaché, mais vos commentaires sont néanmoins toujours les bienvenus !

 


(1) The IKEA effect: When labor leads to love, Michael I. Norton, Daniel Mochon, (2011)

(2) Something from the Oven: Reinventing Dinner in 1950s America, New York: Viking, Shapiro, Laura (2004)

AVERTISSEMENT :

Le présent document, de nature publicitaire, n’a pas de valeur contractuelle. Son contenu n’est pas destiné à fournir un service d’investissement, il ne constitue ni un conseil en investissement ou une recommandation personnalisée sur un produit financier, ni un conseil ou une recommandation personnalisée en assurance, ni une sollicitation d’aucune sorte, ni un conseil juridique, comptable ou fiscal la part d’une quelconque entité relevant de Société Générale Private Banking.

Les informations contenues sont données à titre indicatif, peuvent être modifiées sans préavis, et visent à communiquer des éléments pouvant être utiles à une prise de décision. Les informations sur les performances passées éventuellement reproduites ne garantissent en aucun cas les performances futures.

Avant toute souscription d'un service d’investissement, d'un produit financier ou d’un produit d’assurance, l’investisseur potentiel (i) doit prendre connaissance de l’ensemble des informations contenues dans la documentation détaillée du service ou produit envisagé (prospectus, règlement, statuts, document intitulé « informations clés pour l’investisseur », Term sheet, notice d’information, conditions contractuelles, …), notamment celles liées aux risques associés; et (ii) consulter ses conseils juridiques et fiscaux pour apprécier les conséquences juridiques et le traitement fiscal du produit ou service envisagé. Son banquier privé est également à sa disposition pour lui fournir de plus amples informations, déterminer avec lui s’il est éligible au produit ou service envisagé qui peut être soumis à des conditions, et s’il répond à ses besoins.  En conséquence, aucune entité relevant de Société Générale Private Banking ne peut en aucun cas être tenue responsable pour toute décision prise par un investisseur sur la base des seules informations contenues dans ce document.

Le présent document est confidentiel, destiné exclusivement à la personne à laquelle il est remis, et ne peut être ni communiqué ni porté à la connaissance de tiers, ni reproduit totalement ou partiellement, sans accord préalable et écrit de Société Générale Private Banking. Pour de plus amples informations, cliquez ici.

Édouard Camblain Responsable projets stratégiques et développement